LILLE

GRAND PALAIS

Du 30 novembre au 3 décembre 2022

Programme DPC du CFP

Diaporama participants

Votre diaporama sera disponible après la session en présentiel

Programme 15872200059-S1

CFP 2022 : Prise en charge des violences conjugales en consultation

BOITE INFOS

Lieux :

Lille – Grand Palais
1 Bd des Cités Unies
59777 Lille

Dates : 

Mercredi 30 novembre 2022

Horaires :

9h00 – 12h00

Durée :

3 heures en présentiel +
3 heures en non présentiel

Délai d'accès : 

L'inscription est possible jusqu'au jeudi 23 novembre 2022

Accessibilité aux personnes en situation handicap : 

La salle est accessible aux personnes à mobilité réduite
ascenseurs dans tout le bâtiment.
accès aux salles de l'étage avec ascenseurs

N’hésitez pas à nous faire connaître vos besoins spécifiques en contactant notre
référent handicap : Mme Solène CIRODDE
09 83 73 00 17
solene.cirodde@odpc-cnqsp.org

Tarif et modalités de prise en charge

Professionnels salariés :

Prise en charge dans le cadre d'une convention de formation.

L'ODPC-CNQSP est certifié Qualiopi

Professionnels libéraux :

Le programme de DPC utilise 6 heures de DPC sur votre budget total. ((soit 627€ pris en charge par l'ANDPC)

Indemnisation supplémentaire par l'ANDPC

Une fois le programme finalisé et validé, l’ANDPC vous verse directement une indemnité complémentaire de 270 €

Programme 15872200059-S1

Prise en charge des violences conjugales en consultation

Méthode mobilisée et modalités d'évaluation

Conformément à l'avis du comité d'éthique de l'ANDPC du 17 décembre 2018, le programme de DPC mis en place par l’ODPC-CNQSP est valorisable au titre du DPC sous réserve de sa publication.

Il s’articule en deux temps : 

  • La participation aux sessions sous forme d'atelier DPC

  • Évaluation des connaissances par pré-test et post-test

  • Un temps de mise en œuvre et de mesure de l’action d’EPP suite à la formation  sur le lieu de travail.

  • méthode d'évaluation à froid : grille d'audit clinique

Qu'est-ce que le Développement Professionnel Continu ?

Le Développement Professionnel Continu (DPC) est une obligation que chaque professionnel de santé doit satisfaire dans le cadre d’un parcours de  trois ans en participant plusieurs actions de DPC (au moins deux sur trois ans).

Le DPC a pour objectif l’amélioration de la qualité des soins selon les méthodes et les modalités définies par la HAS associant deux activités : la mise à jour ou l’acquisition de connaissances, qui peut notamment se faire dans le cadre de la participation à un des sessions de DPC dans le cadre du Congrès et l’analyse des pratiques professionnelles assurée par l'ODPC-CNQSP en aval du Congrès.

Médecins Libéraux :

N'oubliez pas de vous inscrire aussi sur mondpc.fr

Quelles sont les catégories de professionnels concernées par ce programme ?

Médecine générale
Psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent
Psychiatrie générale

Pré-requis

L’action s’adresse à des médecins psychiatres et médecins généralistes prenant en charge dans leurs pratiques régulières victimes de violences conjugales

Objectifs de l'action DPC

Cette formation DPC a pour objectif principal d’améliorer la prise en charge médico-juridique et psycho-pathologique des personnes victimes de violences conjugales, et plus particulièrement :

1) CADRE MEDICO-JURIDIQUE
Pouvoir Identifier les situations de violence qui entrent dans le cadre de la loi (violences physiques vs psychologiques vs sexuelles)
Connaître les points clés des recommandations de la HAS
Connaître les aspects juridiques du viol et des agressions sexuelles
Savoir dans quelles circonstances rédiger un certificat médical et comment le rédiger.
Connaître les circonstances dans lesquelles il peut être légitime de déroger au secret médical.
Connaître la place et l’aide que peut apporter le conseil de l’ordre.

2) ABORD PSYCHO-PATHOLGIQUE
Reconnaître les situations de « violence psychologique » et savoir évaluer une relation d’emprise, des conduites de manipulation et de harcèlement ainsi qu’une situation de détresse.

Reconnaître le contexte psycho-pathologique dans lequel les violences se développent et définir les moyens d’action thérapeutique possible. Savoir différencier les pathologies paranoïaques, perverse et narcissiques des troubles de l’humeur, des états anxieux et des réactions de détresse avec les conséquences qui en découlent : différenciation des conseils et des prises en charge possibles tant pour les victimes que pour les agresseurs.
Identifier dans les situations de violence psychologique, les ambivalences et les biais de communication qui peuvent altérer la relation (double lien, analyse transactionnelle).
Définir les circonstances dans lesquelles une hospitalisation est souhaitable.
Évaluation de la dynamique victime/agresseur

3) CONSÉQUENCES DES VIOLENCES CONJUGALES CHEZ LES ENFANTS
Connaître les conséquences des violences conjugales sur le développement psychoaffectifs des enfants
Connaître le « syndrome d’aliénation parentale »
Connaître les mesures médicales et juridiques pour protéger les enfants ?

Contenu de la partie présentielle​

Orateurs :

François CHAUCHOT, Dr LAGODKA Aurélie, Dr LESUR Antoine

Accueil / Introduction

Diaporama Échanges Pre-test

  • Présentation des intervenants et des objectifs de la formation

  • Recueil des attentes des participants

​​

Connaissance et discussion du cadre juridique :

- les lois sur le divorce

- les lois sur les atteintes et violences sexuelles

- la loi de juillet 2020

Présentation plénière - Exposé oral avec diaporama - Ateliers/exercices de simulation

  • Identifier les situations de violence qui entrent dans le cadre de la loi (violences physiques vs psychologiques vs sexuelles)

  • Connaître les recommandations de la HAS

  • Connaître les aspects juridiques du viol et des agressions sexuelles

  • Savoir dans quelles circonstances rédiger un certificat médical et comment le rédiger.

  • Définir s’il peut être légitime de téléphoner à l’avocat ou de répondre à un officier de police judiciaire.

​​

La question du secret professionnel et des certificats médicaux

Présentation plénière - Exposé oral avec diaporama - Discussion

  • Connaître les circonstances dans lesquelles il peut être légitime de déroger au secret médical

  • Connaître la place et l’aide que peut apporter le conseil de l’ordre.

Abord psycho-pathologique :

Discussions autour de cas cliniques

- Quand la dimension perverse nous met en porte à faux.

- Quand la violence psychologique est liée à des conduites paranoïaques

- Quand la relation d’emprise et de harcèlement résultent d’une pathologie perverse narcissique

- Quand la détresse domine le tableau - Quand un trouble de l’humeur favorise la violence

  • Reconnaître les situations de « violence psychologique » et savoir évaluer une relation d’emprise, des conduites de manipulation et de harcèlement ainsi qu’une situation de détresse.

  • Reconnaître le contexte psychopathologique dans lequel les violences se développent et définir les moyens d’action thérapeutique possible. Savoir différencier les pathologies paranoïaques, perverse et narcissiques des troubles de l’humeur, des états anxieux et des réactions de détresse avec les conséquences qui en découlent : différenciation des conseils et des prises en charge possibles tant pour les victimes que pour les agresseurs.

  • Identifier dans les situations de violence psychologique, les ambivalences et les biais de communication qui peuvent altérer la relation (double lien, analyse transactionnelle).

  • Définir les circonstances dans lesquelles une hospitalisation est souhaitable.

  • Que faire quand on se sent dépassé ?

  • Évaluation de la dynamique victime/agresseur

Conséquences des violences conjugales chez les enfants :

Discussions autour de cas cliniques - Quand la violence affecte les enfants (avec une vignette sur la question du « syndrome d’aliénation

  • Connaître les conséquences des violences conjugales sur le développement psychoaffectifs des enfants

  • Connaître le « syndrome d’aliénation parentale »

  • Quelles sont les mesures médicales et juridiques pour protéger les enfants ?

2ème temps EPP : Mise en commun des raisons des écarts durant la formation présentielle

Travail en Sous-groupe - Echange entre les professionnels

  • Analyser les raisons des écarts relevés individuellement dans leur pratique par rapport aux critères du référentiel.

  • Identifier les actions à mettre en place

Synthèse de la formation

Échanges Post-test Questionnaire évaluation formation

  • S’assurer de l’atteinte des objectifs par rapport aux attentes des participants

  • Evaluer ses connaissances Post-test - Évaluer la formation

Contenu de la partie non présentielle​

La méthode utilisée pour l’évaluation des pratiques professionnelles (EPP) dans le cadre de ce programme de DPC intégré est celle de l’Audit Clinique Ciblé (ACC) qui est basée sur la mesure de l’écart entre la pratique réelle du praticien et la pratique attendue ou recommandée (recommandations de bonne pratique par exemple). Les critères d’évaluation portent sur des points précis de la pratique définis dans les référentiels fourni dans la grille d’audit clinique.

Déroulé en pratique de l’EPP :


• 1er temps : Présentation de la démarche qualité et de la méthode EPP durant la session présentielle

Lors de la partie présentielle de la formation, la méthode d’audit clinique est expliquée aux professionnels de santé participants et la démarche qualité attendue leur est présentée.

• 2ème temps : Première auto-évaluation des dossiers patients.

De retour sur son lieu de pratique régulière, le professionnel de santé réalise une première évaluation de sa pratique par rapport au référentiel qui lui est fourni dans la grille d’audit clinique. Pour se faire il tire au sort 10 dossiers parmi ceux de la population définie dans les critères d’inclusion et recherche si les critères du référentiel y sont notifiés.

• 3ème temps : Mise en place des actions d'amélioration

En fonction des résultats de cette première évaluation, le professionnel de santé va devoir mettre en place une ou des actions pour améliorer sa pratique. Le professionnel de santé dispose de plusieurs mois pour mettre en place et tracer ses actions d’amélioration. Durant cette période il est régulièrement accompagné l’équipe DPC par des relances régulières par mail et la mise à disposition d’adresse mail et d’une ligne téléphonique pour répondre aux questions méthodologiques et/ou cliniques. Les premières sont traitées directement par l’équipe de suivi des EPP, les secondes sont transmises aux professionnels de santé de la commission scientifique ou aux intervenants de la formation.

• 4ème temps : Deuxième auto-évaluation des dossiers patients

La même démarche d’évaluation qu’au 2ème temps est réalisée par le professionnel de santé après plusieurs mois sur 10 nouveaux dossiers de patients vus après la formation et la mise en place des actions d’amélioration. La grille d’audit proposée permet de mesurer et de tracer l’amélioration obtenue. Un questionnaire finalise le programme en mesurant la satisfaction du praticien et en lui suggérant de poursuivre sa démarche qualité.