SelfRemed

Technique de remédiation cognitive

La schizophrénie s’accompagne d’altérations cognitives, dont celle de la mémoire autobiographique.

En effet, les souvenirs autobiographiques des sujets qui en souffrent sont souvent moins riches que ceux des sujets contrôles.

De même, ce trouble rend difficile le fait de tirer des informations pertinentes sur soi à partir d’un souvenir. Ces deux difficultés impactent leur processus de rétablissement.

En effet, une composante du rétablissement est le sentiment d’identité personnelle. Ce sentiment d’identité implique de pouvoir être au clair avec ce que je suis et sur la façon dont j’ai évolué au cours du temps. Cela repose en partie sur la qualité de ma mémoire autobiographique et sur mes capacités à tirer des informations pertinentes me concernant à partir de mes souvenirs. Travailler sur le sentiment d’identité dans la schizophrénie implique donc de travailler ces deux éléments.

Il a été montré qu’il était possible d’enrichir les souvenirs autobiographiques des personnes souffrant de schizophrénie autant que ceux des sujets sains par des techniques d’indiçage contextuel. Des actions de remédiation sont donc envisageables pour la mémoire autobiographique dans la schizophrénie.

SelfRemed est une technique destinée aux personnes souffrant de schizophrénie, dont la cible est d’une part l’enrichissement de la mémoire autobiographique et, d’autre part, l’amélioration de la clarté de soi. Il s’agit de la première technique de remédiation du sentiment d’identité personnelle en France. Fortement orientée vers le rétablissement, elle permet de dégager des axes de rétablissement en lien avec ce sentiment d’identité personnelle.

SelfRemed se réalise en groupe, à raison d’une séance de 2h par semaine pendant 3 mois. Un support powerpoint est prévu pour l’animation des groupes ainsi qu’un support papier, sous forme de cahiers, pour les animateurs et les participants. La méthode d’indiçage contextuelle et d’élaboration sur les traits de caractère émanant d’un souvenir est utilisée et implique fortement la dynamique du groupe.

Cette méthode :

  • montre une amélioration de la clarté du concept de soi chez les personnes souffrant de schizophrénie et propose des pistes concrètes pour les accompagner vers le rétablissement.

  • Elle apporte également un changement de regard des soignants sur les patients : le partage en groupe de souvenirs se rapportant à la personnalité et non à la maladie est fortement déstigmatisant.

  • SelfRemed s’intéresse à l’individu en tant que tel, et non pas en tant que malade.

Les soignants formés à SelfRemed pourront très rapidement mettre cette technique en pratique dans leur lieu de soins, l’animation en est aisée. SelfRemed est destinée aux soignants ou éducateurs travaillant dans une logique de rétablissement avec des personnes souffrant de schizophrénie et ayant une bonne expérience de cette maladie.

Références Bibliographiques :

Autobiographical memory and self-disorders in schizophrenia. Berna et al, Encephale. 2016 May 20.

 

Self-disorders in individuals with attenuated psychotic symptoms: Contribution of
a dysfunction of autobiographical memory. Berna et al, Psychiatry Res. 2016 May 30;239:333-41.

 

Impaired abilitiy to give a meaning to personnaly significant events in patients with schizophrenia. Berna et al, Consciousness and cognition 20 (2011) 703-711.

 

Self-images and related autobiographical memories in schizophrenia. Bennouna-Greene et al, Consciousness and cognition 20 (2011).

Mapping autobiographical memory in schizophrenia: Clinical implications. Ricarte et al, Clin Psychol Rev. 2016 Nov 9;51:96-108.

 

Life story chapters and narrative self-continuity in patients with schizophrenia . Holm et al, Conscious Cogn. 2016 Oct;45:60-74

 

Identity in schizophrenia: a study of trait self-knowledge. Boulanger et al, Psychiatry Res. 2013 Oct 30;209(3):367-74.